30/08

Souvent primé en Italie pour ses précédents films – Tableau de famille et La Fenêtre d’en face par exemple– , Ozpetek était le premier italien, bien qu’il soit turc de naissance, à passer en lice pour le Lion d’or. Les sifflets l’ont accueilli pour cette adaptation du roman homonyme de Melania Mazzucco. C’est le récit d’une journée dramatique pendant laquelle se croisent les vies d’Antonio (Valerio Mastandrea) qui harcèle violemment son ex-femme Emma (Isabella Ferrari), du politique Elio Fioravanti (Valerio Binasco) en pleine campagne électorale et de sa jeune et belle compagne Maja (Nicole Grimaudo) qui découvre être enceinte. Mais il y a aussi leurs enfants : Aris passe un examen à l’université et sa petite sœur Camilla fête son anniversaire auquel est invité Kevin, fils d’Emma et Antonio. Nous passons sur une autre sœur, une prof de lycée, une grand-mère, etc. Au-delà des liens entre ces personnages, c’est une poisse générale qui relie l’ensemble de l’histoire. Si elle est bien rendue par une distribution aux valeurs sures, elle est en revanche un peu exagérée par des effets mélodramatique un peu ridicules et très communs, surtout dans une diégèse déjà un peu tirée par les cheveux comme le sont souvent ces intrigues chorales. Cela dit, il n’y a rien de très méchant à dire sur ce film qui ne méritait tout de même pas le lynchage dont il a été victime.

Oscar Duboy