29/08

Dilawar, jeune rebelle de 17 ans, vit sous la tutelle sévère de son oncle à Srinagar dans le Kashmir. Peu enclin vers les études et tenté par l’illégalité, il profite de tous les moyens pour ramasser l’argent qui lui servira pour aller à Delhi voir sa mère adoptive. C’est ainsi qu’il demande à la jeune et brillante Bani de l’aider à faire ses devoirs, qu’il revend de fait à ses camarades de classe jusqu’au jour ou elle le découvre. Le beau rapport qu’il avait réussi à nouer avec elle s’estompera, finissant par laisser Dilawar dans une situation difficile pour son avenir. La misère du Kashmir de l’après-guerre est là et l’on sent une volonté sincère de la dénoncer à travers ces récits du quotidien. Hélas, il ne suffit pas de faire un film gris pour parler aux gens des maux de la société ; il faut aussi leur donner envie de suivre une histoire, en la construisant et en la portant d’un bout à l’autre, alors qu’ici les pistes sont lancées sans suite – comme la différence entre Dilawar et Bani qui est très mal exploitée. Tapa ne semble pas donner beaucoup d’importance à cela. Dommage.

Oscar Duboy